Le Gîte de l'Agapè - Bien séjourner en AlsaceLe Gîte de l'Agapè - Bien séjourner en Alsace

Gîte pour les pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle

Mythe de Saint-Jacques

Depuis plus de mille ans, des femmes et des hommes se lancent sur les chemins d’Europe, vers l’Espagne, pour rejoindre Saint-Jacques de Compostelle en Galice, puis l’extrême pointe de la péninsule ibérique, là où la terre se meurt dans l’océan, au Cap Finisterre. Est-ce encore pour Messire Jacques que ces hommes et femmes marchent aujourd’hui ? Que nous dit-on de la légende de saint Jacques ?
« Fils de Zébédée et de Salomé, frère de Saint Jean l'Evangéliste, Jacques le Majeur formait avec Pierre et Jean un groupe privilégié au sein des douze disciples de Jésus. Il fut le premier à subir le martyre (Actes des Apôtres, XII, 2) et périt décapité sur ordre d'Hérode Agrippa Ier de Judée, vers l’an 44. La légende veut qu'après la mort de Jésus, les apôtres se partagèrent le monde pour y prêcher la parole du Christ. Ainsi, Jacques partit évangéliser la péninsule ibérique, à l'extrémité du monde connu. Puis, au bout de sept ans, il revint en Palestine où il trouva la mort par décapitation caput mortem. Son corps aurait alors été volé par ses disciples qui l'embarquèrent dans un bateau et, après sept jours en mer, ils débarquèrent en Galice.La dépouille de l'apôtre fut déposée sur une pierre qui s'ajusta au corps du saint et se transforma en sarcophage. Les disciples se heurtèrent alors aux populations locales profondément anti-chrétiennes mais, grâce à une série de miracles, ils parvinrent à inhumer leur maître. Puis la tombe fut oubliée avant d'être redécouverte huit siècles plus tard par l'ermite Pelagius qui reçut en rêve le lieu du tombeau de Saint-Jacques.
Une étoile le guida alors vers un champ, où se trouvait le tombeau, c'était le champ de l'étoile, le campus stellae qui donnera Compostelle. L’endroit deviendra alors le lieu d'un pèlerinage très important. »

Voilà pour le mythe mais sur le terrain ?

Il est un cheminement rempli d’imprévus. Que vais-je manger demain ? Où vais-je dormir ? Qui va se retrouver sur ma route ? Questions remplies d’incertitudes et d’insécurité. C’est une épreuve de détachement, d’abandon et de dépouillement progressif. Etre dans l’état d’esprit du pèlerin c’est rompre avec la sécurité de l’ordre habituel et ne pas s’accrocher à ses structures mentales, ses préjugés, ses croyances, à son moi. Il ne doit rester que Soi.

Nous nous sommes lancés sur les routes de Compostelle d'Alsace jusqu'à Santiago et nous souhaiterions apporter notre aide à tous ceux qui pérégrinent sur le chemin de St-Jacques en Alsace.

Les sites à consulter sur le sujet

Vous pouvez consulter le site des Amis de Saint-Jacques en Alsace, association jacquaire qui fait se rencontrer Compostellans et novices : www.saint-jacques-alsace.org

Le pèlerinage de Compostelle ou la lecture spirituelle du Chemin

 Une force indescriptible nous a poussés sur le Chemin, à notre insu. Nous avons tout quitté, tout ce qui nous rattachait à une vie que nous souhaitions mettre entre parenthèses, un certain temps, peut-être pour en changer, mais en tout cas pour la suspendre le temps de la réflexion. Derrière nous, la sécurité de la routine, le confort des habitudes, l'aisance qu'apportent les biens matériels, le bien être qu'on éprouve dans l'environnement social où l'on est reconnu. L'on abandonne tout cela pour ce lancer dans l'inconnu d'un Chemin que l'on croit mythique.

Puis, le randonneur petit à petit débarrassé des frivolités qui encombraient son maigre cerveau, devient enfin un humble pèlerin et se révèle en lui la fragilité, la vanité, la fugacité de son existence jusque là. Incidemment en marchant des km et des km, des jours et des jours dans la nature sauvage, sous un soleil roi, sous une pluie chagrine ou dans la douceur parfumée d'une forêt d'eucalyptus, l'homme, fils prodigue de la création, redevient frère de l'arbre, ami de l'écureuil, complice des oiseaux s'envolant au bruit d'une brindille brisée, ombre des étoiles, enfant ébloui de la splendeur de fleurs inconnues qui chantent le long du Chemin.C'est ça la magie du Chemin, c'est une grâce qui nous est faite, un merveilleux cadeau qui nous est offert. En nous séparant de tout ce qui est superflu et inutile le Chemin nous révèle la Foi enfouie au fond de nous et dont nous ne comprenons pas vraiment l'existence.

Voila ce que représente le Chemin. Par son abandon de tout il offre la possibilité de retour. Il est une percée dans le monde intermédiaire en tant que progression vers son Être intérieur, il procure la sensation du rapprochement avec Dieu et l'illusion du retour à l'état adamique primordial. Les portes de l'Eden se sont entre-ouvertes, nous avons pu y jetter un coup d'oeil et voir les chérubins, armés de leurs glaives, nous inviter au retour. C'est cette perception paradisiaque, vécue le temps d'une parenthèse dans notre vie qui nous offre cette impression "d'avant-goût du Paradis" que nous souhaitons tous revivre.

Notre blog sur l'Art roman sur les chemins de Compostelle : Notre blog Gislebertus

Symbolique de l'art roman sur les routes de Compostelle : Notre vidéo : Confidences romanes

 

Compostelle